Épargne : Les Canadiens Paient 60 % en Trop Pour Commander Leurs Chèques

Des milliards de dollars s’envolent, au profit des banques et de leur fournisseur

​​​L’arrivée de la nouvelle année est souvent propice à adopter de saines pratiques en matière de finances personnelles. À ce chapitre, le directeur régional d’une entreprise de la région de Montréal croit que les Canadiens devraient cesser de payer les tarifs trop élevés exigés par les institutions bancaires canadiennes pour commander, imprimer et faire livrer leurs chèques.

Les Canadiens paient 60 % trop cher  
“Que ce soit pour leurs chèques d’affaires ou personnels, les Canadiens paient jusqu’à 60 % trop cher. À terme, des milliards de dollars s’envolent, sans aucune raison logique,” signale Alain Pineault, directeur régional de Chèques Plus, une entreprise de la Rive-Nord de Montréal, qui offre une alternative beaucoup plus économique.

Coût moyen au Canada ?  
Dans les banques et caisses canadiennes, le coût d’impression et de livraison de 100 chèques à tarif régulier varie entre 57 et 68 dollars. Or, des entreprises comme Chèques Plus proposent des prix conformes aux coûts réels. “Les banques et leurs fournisseurs dégagent d’énormes marges de profits, au détriment de leurs meilleurs clients,” déplore monsieur Pineault. C’est d’ailleurs sur ce constat qu’a été fondée l’entreprise en 2012, en offrant les mêmes services de conception, de commande et de livraison, pour seulement 25 dollars.  

Quasi-monopole au Canada 
Monsieur Pineault, rappelle qu’au Canada, la société D+H (Davis & Henderson) exerce un quasi-monopole comme fournisseur des banques et des caisses. Pourtant, des entreprises tierces comme Chèques Plus, accréditées et répondant aux mêmes normes en matière de sécurité (données, informations personnelles, caractéristiques du papier), sont en mesure d’offrir les mêmes services, parfois en les surpassant, et ce, à meilleur prix.  

Perte collective de 2,5 milliards
​Pour illustrer ses propos, monsieur Pineault explique :  ”Prenons l’exemple réaliste de 25 millions de consommateurs canadiens actifs, qui vont commander trois livrets de 100 chèques à 60 dollars durant leur vie. On parle de 300 chèques, donc 180 dollars. À terme, ça représente 4,5 milliards de dollars pour 25 millions de personnes. Sachant que chacun paiera 60 % trop cher, ces mêmes 25 millions de Canadiens perdront donc collectivement plus de 2,5 milliards. ”

Selon Alain Pineault, les Canadiens croient à tort qu’ils sont liés à leur institution financière pour commander leurs chèques. “Plusieurs peuvent réaliser des économies très significatives, notamment les directions d’entreprises,” souligne-t-il.